Archive for septembre 2009

Ici ou ailleurs,

septembre 27, 2009

sourire

Il s’approcha

Elle le verra

Elle devina

Il passait

Il miroite

Elle se supplierait

S’il lui demandait

Il vernissait

Elle harangua,

Se nouèrent alors et

Martèlent les pavés

Contre vents et marées

Pour dire tout haut

Ce qu’ils pensaient tout bas

Ils étaient des milliers

A manifester, se manifester

A ne pas se résigner,

A battre les pavés

En colère la fleur

Aux dents, les mots

En balise

Et déjà des valises pleines

De projets, d’amour, de rencontres

Et de liberté

Et que vraiment tous

Puissent en profiter !

Et rien à ce jour

Ne peut l’empêcher

D’exister…

 

Publicités

Cobaye très assumé

septembre 23, 2009

cellule

 

Petite cellule, dixit Larousse : « élément

Constitutif fondamental de tout être vivant »,

J’aime : votre réticulum, mitochondries…

Tout, tout en vous me plais, je vous chéris.

 

Et, pour vous prouver ma reconnaissance,

Cherche à croitre vos compétences.

A la recherche de l’homéostasie perpétuelle,

Vous apporte ma contribution personnelle.

 

Du liquide, vous en apporte à profusion,

A toute heure de la journée : multiple boissons

Et aussi de la nicotine pour les poumons

Pour vous apprendre à résister pour de bon !

 

Si j’ai bien compris

Les cellules s’adaptent de manière inouïe,

Donc, pour votre plus grand bien

Veux pousser vos talents encore plus loin.

 

Jusqu’où pourriez-vous aller ?

Vraiment, nul ne le sait…..

Mais je veux bien tester :

Et devenir,  votre cobaye attitré !

Petit chef

septembre 21, 2009

 

petit chef

 

Petit pouvoir au grand cœur ?

Plutôt petit chef avide et pleutre,

Voire arrogant cupide et malsain

 À trop vouloir de l’humain ne reste rien !

 

Assumez donc vos responsabilités

Et surtout à nous dirigeants, venez :

Raconter, blasphémer et soyez

Serviles, vos employés dominez les.

 

Usez de la peur, de la dévalorisation,

Tirez profit de chaque situation.

Brillez sur le dos d’autrui,

A grands bruits, montrez vos subtilités d’esprit !

 

Désormais plus aucune familiarité,

Eloignez vous pour asseoir votre autorité,

Montrez du doigt les faiblesses, tares

Qu’afin l’on vous soit redevable et corvéable.

 

Jouez sur la concurrence et la division,

 Optez pour le stress sans hésitation,

Parfois ils vous détestent plus que jamais

Ainsi vraiment vous nous servez.

 

Car nous comptons sur vous

Pour qu’en dernier recours, ils viennent à nous,

Petits chefs : boucs émissaires de toujours,

Et qu’à Dieu ils nous comparent afin de s’absoudre.

Nos amis les bêtes…

septembre 17, 2009

émeu

C’est joli un émeu,

de bien gros yeux

aux incertaines lueurs

et puis c’est joyeux.

Enfin parfois, parcequ’il ne sait pas…

“un gros corps avec un petit cervelas”.

Comme dirait celui qui l’élève

et qui plus que l’aime.

Donc, cet émeu il réagit

et il y met un peu de folie.

Imaginez, d’abord des plumes…

Et des pattes  puis un bec pointu.

Il affole la basse-cour, ha ça oui !

qui s’éffraie mais pas autant que lui,

et alors ça court vraiment partout…..

les poules et l’émeu et le maître mais ce n’est pas tout !

Il s’amuse d’un rien, même de son maître

qui lui rend moins bien, c’est un fait !

mais quand il essaie d’arranger son jardinet,

Ca y est l’émeu aussi s’y met…

sens dessus-dessous, la terre, les graines,

 à en avoir de véritables migraines.

Mais que voulez-vous, l’amour

et bien ça pardonne tout !

Bruits soyeux…

septembre 16, 2009

pas

Bruits soyeux des pas sur la pelouse, l’herbe est de velours ce soir. Les arbres sont comme un décor, ombres découpées et figées sur fond mauve. La lumière se dissout doucement, la nuit tombe.

Bruits soyeux des pas sur la pelouse, les jappements syncopés des chiens, le vrombissement harmonieux et léger des moteurs, leur parviennent telles des effluves de quiétude, des sons qui rassurent en ce crépuscule.

Avec le soir, tombent les sentiments écoulant leur trop plein de journées effrénées, à travailler. Crient les corps meurtris, rythmés aux cadences infernales et devenus ces outils performants mais méprisés puis jetés : les profits sont jugés insuffisants…

Alors les usines crachent leurs ouvriers, anticipent les retraites, elles ne remplaceront pas les postes désormais vacants. L ‘usine fermera et ce sont des jeunes qui n’y croient plus.

Au loin, le doux ronronnement d’une journée qui s’achève : parvenir à aspirer, respirer, s’enivrer de cette douceur…

Tire là, tirelire…

septembre 14, 2009

tirelire

 

Je soudoie

Tu sous moi

Me soumets

“Bien à vous”

Mais tes sous

A tes yeux

Du dessous

Tire à tout

Et amour soutire… 

Pages de magazines…

septembre 12, 2009

Allez, vend ton sourire

Ce brin d’optimisme

Qui se mire, mimétisme

Des jeunes filles….

 

Le sourire, à l’américaine,

Les dents relevées

La mine effacée

Et les zygomatiques travaillés.

 

Est-il à peine artificiel ?

Cette face, jolie ou pas

Mais dont le paraître

Se remarque et marque

 

Et, sur les pages de magazines,

Ils, elles sourient éternellement

Figés dans un bonheur surfait, gracile,

Factice et tellement facile…

 

 

 

Ténu

septembre 2, 2009

bulleTrop ténu

Comme le fil

De la vie

Tu te conduis

En funambule

 

Petite bulle d’air

Qui n’en manque pas

Tu trébuches à chaque pas

Jamais tombé

 

Tu doutes,

Broutes  tes humeurs

Le cœur

en parenthèses

Chancelle

 

Entre deux

Tu évolues,  jeux…

Frôles  les apparences

Et te consumes en errances